Accueil Cabinet Helios ISO9001 Contacter Helios
Infos centre HeliosSe rendre au Centre HeliosTelechargementsFAQForumTarifs soins des yeuxLiens ophtalmologiques
Qui sommes-nous ?

Acuité visuelle, opérations et permis de conduire

Toute personne désirant conduire doit satisfaire à certaines normes.

Pour le permis A et B (motocyclette et voiture), les conducteurs doivent avoir une acuité visuelle binoculaire (les 2 yeux ouverts en même temps) d’au moins 5/10ème.

Cette vision pouvant être atteinte soit sans lunettes, soit avec lunettes. Si un des 2 yeux a moins d’1/10ème, il faut au moins 6/10ème à l’autre œil.

Le champ visuel doit également être de bonne qualité, c'est-à-dire d’au moins 120 degré en largeur.

Une altération de la vision des couleurs (daltonisme par exemple) ne pose pas de problème pour l’obtention du permis de conduire.

Pour les permis C et D (poids lourds) :

Il y a incompatibilité si l’acuité est inférieure à 8/10ème pour le meilleur œil et à 1/10ème pour l’œil le moins bon.

Si les valeurs de 8/10 et 1/10 ème sont atteintes par correction optique, il faut que l’acuité non corrigée de chaque œil atteigne 1/20ème ou que la correction optique soit obtenue à l’aide de verres correcteurs d’une puissance ne dépassant pas +/- 8 dioptries ou à l’aide de lentilles cornéennes (vision non corrigée = 1/20ème).

Les règlementations évoluent, vous pouvez vous renseigner auprès de la Préfecture pour bénéficier des informations les plus récentes.

Vous avez été opéré de chirurgie réfractive.

Le certificat que votre ophtalmologiste pourrait vous délivrer n’est pas suffisant. Vous devrez contacter la préfecture qui demandera l’avis d’un médecin agréé. C’est la commission médicale des permis de conduire qui prendra la décision finale de supprimer la mention « verres correcteurs » de votre permis de conduire. Il s’agit en général d’une formalité très simple, rapide mais nécessaire.


Chirurgie réfractive et aptitudes professionnelles

Certains postes de la fonction publique imposent réglementairement certaines performances visuelles avec, en particulier une certaine vision sans lunettes et /ou une correction maximale à ne pas dépasser.

Les cas les plus fréquents sont :

-          La carrière militaire :

Les aptitudes physiques du candidat sont codées au sein du  SIGYCOP.

Le Y représente l’œil. Le classement va de Y1 à Y6. Le candidat classé Y1 ayant une vision parfaite, celui classé Y6 étant inapte à toute carrière militaire.

L’accès à certaines fonctions militaires n’est pas possible si l’acuité visuelle sans lunettes n’est pas assez bonne.

De la même manière, même si règlementairement, l’aptitude peut être obtenue avec lunettes, certaines activités de terrain ou combattantes sont handicapées par le port de lunettes.

La chirurgie peut permettre d’accéder à ces postes en sachant que les autorités militaires peuvent déclarer le candidat opéré inapte temporaire pendant 1 an ; cependant, dans la plupart des cas, cette inaptitude est réduite à 6 mois.

La carrière de pilote d’avion est inaccessible aux patients opérés.

Les médecins militaires gardent dans tous les cas la prérogative d’estimer l’aptitude d’un patient opéré à occuper un poste.

Vous devrez fournir une attestation mentionnant votre état préopératoire, la date et la technique opératoire utilisée ainsi que votre résultat postopératoire qui sera de toute manière vérifié au moment de la visite d’aptitude.

Le chirurgien, étant tenu au secret médical, vous fournira ces informations afin que vous puissiez en disposer à votre guise.

La carrière de gendarme est une carrière militaire, les règles ci-dessus s’appliquent donc.

Il faut en général une acuité visuelle non corrigée de 15/10 au total des deux yeux (par exemple un œil 7/10 et l’autre œil 8/10) avec un besoin de lunettes inférieur à 3 dioptries pour obtenir cette vision.

-          Les carrières non militaires : policiers, douaniers, pompiers etc …

Historiquement les contraintes visuelles étaient moindres que pour les carrières militaires. Toutefois, ces professions tendent à s’aligner sur les exigences visuelles militaires.

C’est le cas de la Police Nationale qui a aujourd’hui des exigences proches de la gendarmerie, de même que les douaniers exerçant une fonction de surveillance.

Concernant les pompiers, il faut au moins 6/10 au total des deux yeux sans lunettes et avec lunettes au moins 8/10 pour chaque œil ou bien 7/10 et 9/10 ou bien 10/10 et 6/10.

La fonction de pilote commercial est en général interdite aux patients opérés de chirurgie réfractive (en France). Certaines contraintes s’appliquent aussi au personnel naviguant (Stewart et hôtesse).

Dans tous ces cas, la chirurgie réfractive est acceptée sauf pour les pilotes professionnels ou militaires, mais il appartient dans tous les cas aux patient désireux de se faire opérer de se procurer auprès des autorités compétentes les normes d’aptitudes qu’un ophtalmologiste ne peut tenir à jour en permanence tant leur modification est fréquente.